Frère Maixentis

 

Le Frère Mutien mourait le 30 janvier 1917. Trois jours plus tard, dans la nuit du vendredi au samedi disparaissait à son tour le Frère Maixentis à l’âge de 89 ans, après plus de 65 ans de vie religieuse. Autant le Frère Mutien put se tenir à l’écart du monde, autant les intérêts de la religion et de l’obéissance obligèrent ce frère à se mettre en contact avec l’extérieur. Mais partout et toujours le Frère Maixentis se montra un digne fils de son saint fondateur. On admirait son sens religieux et sa noble simplicité, cette jovialité communicative, ce tempérament jeune qu’il garda jusqu’au dernier jour, cet empressement à rendre service à la moindre occasion, qui fut le trait le plus saillant de sa physionomie.

La liste serait interminable de ceux qui ont contacté à son endroit la dette de la reconnaissance. Nous devons rappeler plus particulièrement que la lutte scolaire de 1874 à 1879 donna au Frère Maixentis l’occasion de mettre à titre gratuit ses talents appréciés d’architecte au service l’enseignement libre; il traça les plans de plus de 40 écoles, souvent en surveilla lui-même la construction. Est-il besoin de dire qu’il mit avant tout ses capacités à la disposition de sa chère maison de Malonne?