LA COMMUNAUTÉ EN 1864

Des hommes remarquables

Il est surprenant de constater que la plupart des Frères ont un nom commençant par la lettre M. A cette époque, lors de la prise d’habit, chaque jeune frère recevait un nom de religion. Pour reconnaître l’origine d’un frère, l’institut avait décidé que dans chaque province ou les frères devaient avoir un nom commençant par la même lettre. A Reims c’était la lettre A ; à Lille,  la lettre F,  En Wallonie, c’était  M, et en Flandre, un nom flamand.

Quelques-uns des Frères photographiés sont des hommes remarquables.

Le Frère Mutien est le dernier de la 4e rangée  A la deuxième rangée, en dessous du  Frère Mutien, nous voyons le Frère Maixentis (1828-1917). C’est lui qui après l’échec en classe de notre confrère, a demandé qu’il  lui soit confié pour les cours de dessin et de musique. C’est un architecte qui pendant la guerre scolaire de 1874 a construit plus de 40 écoles gratuitement.

Le Frère Macardus, (1816-1899) 3e rangée. Il entre au noviciat à Namur puis est envoyé comme cuisinier à l’école St Perpète à Dinant. Ses amis sont outrés de le voir à la cuisine. Le provincial lui demande s’il aurait fait des études. Il lui répond d’ingénieur. Il est muté comma professeur de physique et Chimie à Malonne. Après avoir effectué une expérience de chimie, le Frère dit aux élèves: "Celui qui, réalisera industriellement cela fera fortune" Dans son carnet il avait inscrit: "Solvet".

L’éclairage du pensionnat se faisait par 600 lampes à pétrole! Dès 1890, le Frère Macardus installera une machine à vapeur et une centrale électrique fournissant l’électricité à l’ensemble des bâtiments réduisant les risques d’incendie. L’Institut saint Berthuin restera autonome jusqu’en 1929.

Nous pourrions citer aussi plusieurs frères qui ne figurent pas sur cette photo:

Le Frère Alexis Gochet (1835-1910). Ancien élève de Malonne, professeur de géographie, est le premier à avoir publié des cartes de géographie indiquant les courbes de niveau.

Le Frère Marianus Arens, Mémoire Piron et combien d’autres. Toutefois nous vous présentons un plus jeune 

Le Frère Mémoire Victor a découvert par calculs le nombre d’images qui doivent défiler en une seconde dans l’appareil de cinéma et en fait part aux frères Lumière. Louis Lumière et Léon Gaumont sont venus à Malonne pour le remercier